Diagnostic - Fédération oncologie thoracique

L’établissement dispose d’un plateau technique permettant aux patients d’avoir accès à toutes les méthodes pour faire le diagnostic d’un cancer du poumon étape indispensable avant de pouvoir démarrer le traitement :

La fibroscopie bronchique

La fibroscopie bronchique est un examen qui permet d’explorer la trachée et les bronches. Il dure approximativement 10 à 20 minutes. Il est réalisé dans l’unité d'endoscopie bronchique diagnostique et interventionnelle.

Cet examen consiste à introduire par les voies respiratoires naturelles (nez ou bouche) un tube flexible de petit calibre, relié à une caméra.

L’examen se déroule en position assise. Celui-ci est parfois inconfortable mais non douloureux, l’infirmière estlà pour aider à gérer la respiration. Il faut éviter les gestes brusques. Un produit anesthésique est d’abord pulvérisé dans le nez et la gorge pour le confort et pour faciliter l’examen.

Différents prélèvements pourront être réalisés :

  • Biopsie : prélèvement non douloureux à l’aide d’une petite pince d’un peu de tissu bronchique
  • Lavage broncho-alvéolaire : du liquide est instillé dans une partie du poumon puis aspiré pour être ensuite envoyé au Laboratoire

Il est indispensable d’être à jeun 5 heures avant l’examen. Il est recommandé de ne pas fumer 48 heures avant l’examen. L’arrêt des traitements anticoagulants est souvent nécessaire sur décision médicale. Du fait de l’anesthésie locale, il est indispensable de rester à jeun 2 heures après l’examen afin d’éviter les fausses routes. Il faut Prévoir un temps de repos (environ ½ heure) en salle d’attente si le patient vient seul.

L’échoendoscopie :

L’échoendoscopie est un examen très moderne qui permet de prélever des ganglions présents à l’intérieur du thorax (médiastin) en passant par les bronches et donc sans intervention chirurgicale. Cet examen est réalisé par les médecins de l’Unité d'endoscopie bronchique diagnostique et interventionnelle Il est réalisé par le biais d’une fibroscopie bronchique qui est faite sous anesthésie générale. Le fibroscope est introduit par la bouche alors que le patient est endormi. A l’extrémité de ce fibroscope a été mis en place une sonde d’échographie, comme pour les échographies du cœur ou du ventre, mais de très petite taille. Cet échographe permet de voir les ganglions au travers des bronches et de faire des prélèvements (ponction) de ceux-ci afin de les analyser. L’examen peut se faire le plus souvent en hospitalisation de journée. Parfois l’anesthésiste peut souhaiter que le patient reste une nuit à l’hôpital après l’anesthésie.

Méthodes diagnostiques chirurgicales :

Parfois on peut avoir recours à des interventions chirurgicales si les méthodes citées précédemment n’ont pas pu faire le diagnostic.
Le prélèvement des ganglions peut être réalisé par médiastinoscopie. Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui est réalisée sous anesthésie générale. Le chirurgien pratique une incision d’environ 2 cm à la base du cou. Ensuite il introduit le médiastinoscope dans le thorax pour prélever le ou les ganglions. Les prélèvements sont envoyés au laboratoire d’anatomie régionale d’anatomie pathologique et de biologie moléculaire. Le patient quitte l’hôpital le lendemain de l’opération.

Le diagnostic de tumeurs du poumon peut être fait par vidéo-thoracoscopie. L’intervention chirurgicale se déroule par l’intermédiaire de trois orifices permettant de réaliser un fragment de poumon afin de faire le diagnostic. Le chirurgien réalise l’intervention en regardant sur le moniteur. En fin d’intervention un drain est positionne. Le patient quitte l’hôpital deux jours après l’intervention.