Actualités culturelles

Petites musiques de chambres

Le programme “Petites musiques de chambres” est le résultat de la volonté commune d’une structure culturelle - l’Orchestre Dijon Bourgogne - et de deux établissements hospitaliers - l’un public, le CHU de Dijon, et l’autre privé à but non lucratif, le Centre Georges-François Leclerc - d’assurer ensemble une présence artistique et musicale de qualité auprès des patients, des familles, du personnel et des autres usagers de plusieurs services de soins.
A l’origine de ce projet et de la rencontre entre les trois partenaires, il y a la volonté partagée de poursuivre les actions mises en place en collaboration avec le Conservatoire à Rayonnement Régional depuis 2005 au sein du CGFL et depuis 2007 au sein du CHU. Ces dernières ayant pris fin en juin 2013, l’ODB, le CGFL et le CHU ont choisi de développer un nouveau projet venant s’inscrire dans la continuité ce qui avait pu être proposé jusqu’alors.

Le programme “Petites musiques de chambres” s’inscrit dans le cadre de la convention interministérielle « Culture santé » mais aussi de la convention régionale signée entre l’ARS et la DRAC de Bourgogne. À ce titre, l’action “Petites musiques de chambres” est partie intégrante des projets culturels respectifs des deux établissements hospitaliers.

Le programme “Petites musiques de chambres” consiste, au sein du CHU, en des petits concerts proposés par des musiciens professionnels de l’ODB au plus près des patients de l’Unité de Soins Palliatifs la Mirandière et de l’Hôpital de jour d’hématologie clinique. Ces interventions réunissent des petits ensembles d’instruments faciles à déplacer afin de permettre une plus grande mobilité. Le choix des instruments est également déterminé en fonction du timbre et des répertoires que ceux-ci permettent. Les échanges entre les musiciens et les patients sont une part importante de ces interventions qui doivent être suffisamment souples pour s’adapter aux patients, aux situations et aux lieux.

Ce projet reçoit le soutien de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) de Bourgogne dans le cadre du programme régional « Culture Santé 2013 ». L’association Jean-Pierre PERE et l’AROH contribuent également à son financement.

Le musée à l'hôpital

Le CHU et le musée des beaux-arts de Dijon collaborent depuis 2008. Cette rencontre traduit une volonté partagée de s’ouvrir à la cité. Ainsi, des plasticiens et médiateurs du musée des beaux-arts se rendent régulièrement dans plusieurs services hospitaliers (Centre de Convalescence et de Rééducation, Centre Gériatrique, etc.) ou accueillent directement au musée des patients du CHU pour initier un parcours artistique et culturel à travers les collections.

En 2011, les services de Chirurgie digestive et cancérologie et Chirurgie générale et d’urgence ont émis la volonté d’aller encore plus loin dans ce dispositif et ont donc sollicité le musée pour répondre à leurs problématiques spécifiques. C’est ainsi qu’est née l’action Le musée à l'hôpital qui aspire à :

  • inscrire l’art comme une alternative au temps et à l’environnement des deux services
  • initier une autre forme de communication entre toutes les personnes fréquentant les services
  • valoriser les personnels au-delà de leurs pratiques professionnelles.

Après une première saison consacrée au thème du paysage, puis une seconde autour des artistes Sophie et François RUDE, l’année 2014 a vu s’ouvrir la troisième saison de cette action consacrée à la couleur.

Réimplantation de l’œuvre de Loïc Raguenes

En 2007, le Service de Médecine interne et immunologie clinique, aujourd'hui Médecine 1 - SOC 1, s’adressait au FRAC Bourgogne (Fonds régional d’art contemporain) pour qu’un projet artistique pérenne soit conçu pour ses locaux. Invitation avait été faite à l’artiste Loïc Raguénès pour la réalisation d’une production menée en étroite relation avec le personnel de l’unité.

Dès l’origine de ce projet, le déménagement du service dans le cadre de l'opération Bocage Central était planifié. Les partenaires s’engagent donc à l'époque à ce que l’œuvre soit déplacée et adaptée à la configuration des nouveaux locaux. L’enjeu principal de cette opération était d’assurer une continuité avec l’œuvre initiale, tout en répondant au nouvel aménagement des locaux et à l’évolution-même du service : la réalisation de 2007, unique et conçue dans un contexte spécifique, ne pouvait pas être reproduite à l’identique.

L’identification d’un lieu pour accueillir la nouvelle production a constitué une étape essentielle dans ce processus. Le choix s’est porté sur le hall B de Bocage Central, espace très différent de la salle d’attente originelle mais présentant de nombreux atouts et procurant un sens nouveau à l’œuvre, mais aussi au lieu.

2014, Vie Nouvelle IV

L’œuvre occupe désormais un mur unique. Elle reprend certains éléments de la réalisation de 2007, mais sous une forme toute différente : le bleu azur, le vieux gréement, la phrase de Dante…

Le dispositif a été complété par l’installation d’une banquette faisant face à l’œuvre.

Tout confère à redonner un autre sens à la notion “d’art à l’hôpital”. Il ne s’agit plus ici d’une fresque, mais d’un accrochage qui pourrait être rapproché de celui que l’on trouve au sein d’un musée par exemple.

L’aménagement invite effectivement à s’y arrêter, à s’y ressourcer sans pour autant occulter l’environnement hospitalier qui reste tout proche.

Production 2014 : CHU Dijon, Frac Bourgogne, avec le soutien de l’ACEF
Production 2007 : FRAC Bourgogne, avec le soutien de la DRAC Bourgogne et de l’ARH Bourgogne

Ateliers  "Découvertes culturelles "

Dans le cadre des ateliers proposés régulièrement aux patients du CMP/CATTP Osiris-Beauregard- unité de psychiatrie pour adultes du CHU, deux soignantes du service ont souhaité organiser des sorties hebdomadaires en lien avec l’actualité culturelle locale. Au-delà du caractère thérapeutique d’une telle action, les deux professionnelles aspiraient à ce que ces sorties soient un moment de découverte et favorisent l’ouverture, la rencontre. Chaque semaine, le groupe composé d’une dizaine de patients se rend ainsi dans un lieu culturel différent où il est accueilli de manière privilégiée : Archives Départementales, Consortium, Jardins des sciences, Opéra, Latitude 21, Bibliothèque municipale… Le programme proposé offre une grande diversité de lieux et de thèmes, à l’image du foisonnement culturel dijonnais.

En premier lieu, l’atelier m’a permis de me resocialiser. Lorsqu’on traverse une période difficile de sa vie, intégrer un groupe, recréer du lien, donner du sens au temps qui passe devient capital.
Les “Rencontres culturelles”, c’est aussi une revalorisation et une plus grande estime de soi : être accueilli dans un musée pour une visite guidée peut paraitre banal pour beaucoup ; mais lorsqu’on est en souffrance intérieure, être considéré comme monsieur tout le monde, cela fait un bien fou.
Enfin, au-delà de l’enrichissement personnel à travers la culture sous toutes ses formes, c’est une opportunité pour échanger avec d’autres, se motiver à faire par soi même, s’ouvrir à nouveau au monde qui nous entoure.

Alain, patient du CMP-CATTP Osiris-Beauregard

J’ai pris énormément de plaisir à accueillir le groupe du CHU. Le contact était chaleureux et agréable avec les patients et les soignants. J’ai apprécié également de voir au musée et au contact direct des œuvres des personnes qui n’ont pas toujours l’occasion de s’y rendre ainsi que la curiosité, le grand intérêt des participants.
De mon coté, ces visites ont été un véritable enrichissement : une autre manière de concevoir et de parler de la collection avec d’autres angles d’approches, des questions-réflexions qui m'apportent un autre point de vue. J’espère pouvoir réitérer ces visites dans l’avenir !

Eléonore Henriot, conférencière au musée Magnin

Un seul mot sur ce projet… Il y a quelques semaines, j’ai participé à une des visites organisées, “petit plaisir” que je ne m’étais pas permis de longue date. J’ai pu découvrir combien cette action pouvait être bénéfique pour les participants, qui ont développé un réel sens critique et une attention aux œuvres toute différente de celle qu’ils avaient à l’entame de ce projet.

Mélanie Matthey, Chargée culturelle et communication

CHUchotis

Créé en février 2009, CHUchotis, la chorale du CHU, est un chœur amateur qui a pour vocation de regrouper autour de l’activité ludique qu’est le chant choral tous les membres du personnel qui ont envie ou qui aiment chanter. Il est dirigé depuis ses origines par la chef de chœur Anna Rochelle. Artiste lyrique et comédienne, celle-ci transmet son amour du chant dans des milieux très divers et souvent auprès de publics particuliers : milieu carcéral, maternité, centre gériatrique… Anna Rochelle dirige des chœurs depuis de nombreuses années ; la création de CHUchotis est pour elle une expérience musicale et humaine forte et très festive.

CHUchotis aspire à proposer des pièces musicales diversifiées- allant du classique au gospel en passant par le jazz- dans une ambiance alliant sérieux, détente et convivialité. Elle donne des concerts tout au long de l’année. La chorale se produit ainsi lors d’évènements ponctuels mais prend également part à des manifestations d’ampleur et plus régulières : Estivades, Journées du patrimoine, Fête de la musique, etc.