Origines de la simulation médicale

Depuis déjà de nombreuses années, des activités de haute technologie à haut risque (aviation, centrales nucléaires) ont recours à la simulation pour maintenir leur personnel à un niveau de compétence et de performance optimal. Cette simulation repose sur des « mises en situation » d’une personne ou d’une équipe dans un environnement le plus réaliste possible. Les instructeurs-formateurs observent la gestion de ces situations (application de procédures normales, incident, accident, situation de crises..) par le ou les personnels puis au cours d’un débriefing analyse avec eux les points positifs et les points négatifs en donnant dans ce cas les propositions pour palier aux déficiences.

En se basant sur ces expériences et ces mêmes principes, depuis maintenant plusieurs années des centres de simulations médicales se sont développés en Amérique du Nord et dans les pays Nord européens.

  • On y gère des situations d’urgence ou d’anesthésie-réanimation à haut risques pour les malades.
  • Les patients sont remplacés par des mannequins « haute fidélité » qui peuvent mimer les grandes fonctions vitales (respiration, circulation, neurologie…) et sur lesquels sont praticables tous les gestes d’urgence.
  • Avant la séance de simulation et en fonction de l’objectif pédagogique à atteindre, un scénario de situation clinique est élaboré par les formateurs et programmé au mannequin qui se comportera comme un vrai malade dans une telle situation.
  • Au cours de la séance, les instructeurs observent comment les stagiaires gèrent la situation (raisonnement médical, gestes, comportement individuel et comportement en équipe, qualité de la communication…). Une installation audio-vidéo permet d’enregistrer la séance.
  • A l’issue immédiate de cette séance, instructeurs et stagiaires se retrouvent pour un débriefing permettant de dégager les points forts (à renforcer) et les points faibles (à corriger).

A côté de cette simulation « haute fidélité », existent des formations d’apprentissage et de perfectionnement de gestes techniques (ventilation au ballon, intubation, compressions thoraciques externes…) nécessitant des mannequins inertes et des simulations sur console informatique permettant au stagiaire, par un travail individuel, d’apprendre ou de réviser des procédures d’urgence et de s’auto-évaluer.

La simulation médicale permet d’apprendre à gérer correctement  des situations à haut risque (anesthésie, réanimation, urgence) en les recréant  à l’identique autant de fois que nécessaire, et sans aucun danger pour les patients.