Addictologie

Sources :
  • Circulaire N°DGS/6B/DHOS/02/2007/203 du 16 mai 2007 relative à l’organisation du dispositif de prise en charge et de soins en addictologie.
  • INPES

www.sante.gouv.fr

L’addiction se définit comme un «processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction de procurer du plaisir et de soulager un malaise intérieur, et qui se caractérise par l’échec répété de son contrôle et sa persistance en dépit des conséquences négatives».

Les conduites addictives font intervenir trois types de facteurs qui interagissent : la personne, son environnement et le produit consommé (ou l’objet de la conduite addictive). Ainsi, toute intervention visant à modifier ces conduites doit se déployer sur ces trois domaines.

En France, environ 5 millions de personnes sont en difficulté avec l’alcool. Il existe environ 150 000 héroïnomanes actifs ou substitués en France, plus 200 000 consommateurs de cannabis à problème et un nombre croissant de cocaïnomanes. Dans notre pays, le coût social du tabac est d’environ 3% du PIB, pour l’alcool 2,4% et 0,18% pour les stupéfiants.

  • Le tabac, produit hautement addictif, entraîne pour sa part environ 66 000 décès par an par cancers, maladies respiratoires et pathologies cardio-vasculaires.
  • A la consommation d’alcool, 45 000 décès sont attribués par an. C’est la première cause de décès chez les jeunes et la cause de plus de 30% des décès par accidents de la route.
  • L’alcool et le tabac réunis, sont à l’origine de plus de 100 000 morts évitables par an en France.
  • L’usage de drogues illicites présentent des risques sanitaires immédiats graves tant en termes infectieux : hépatites (prévalence 59,8% d’après l’InVS), HIV (prévalence 10,8% d’après l’InVS) psychiatriques, neurologiques, de surdosage (une centaine de décès par overdose chaque année…).