Contraception

Stratégies de choix des méthodes de contraception chez la femme

La meilleure contraception est celle que l’on choisit soi-même. Il convient de prendre en compte l’accord du partenaire. Le couple s’implique dans un choix adapté à sa réalité quotidienne. Il y a une différence possible entre l’efficacité optimale des méthodes contraceptives (celle des essais thérapeutiques) et leur efficacité en pratique courante.

L’adolescente

Lors de la consultation, l’adolescente est reçue sans ses parents : l’entretien est confidentiel. Il s’agit d’un examen clinique normal : recherche des antécédents personnels ou familiaux (HTA, diabète, hyperlipidémie, migraine, accidents thromboemboliques, tabac, alcool, drogue).

Les examens gynécologiques et sanguins peuvent être expliqués et programmés par une consultation extérieure (dans les 3 à 6 mois). Le frottis n’est utile que s’il y a eu des relations sexuelles antérieures.

La situation de l’adolescente est estimée à risque s’il y a existence de plusieurs partenaires, de relations occasionnelles ou une absence de relations stables.

Il faut savoir que les préservatifs masculins sont la seule méthode ayant fait preuve de son efficacité dans la prévention de la transmission des I.S.T. (Infections Sexuellement Transmissibles). Cette méthode contraceptive doit être utilisée en complément ou non d’une autre méthode médicale. L’utilisation de spermicides seuls n’est pas efficace dans la prévention des infections sexuellement transmissibles.

Nom commercial Présentation Délai d’action Durée d’action
Pharmatex Capsules Boite de 6 ovules 10 à 30 minutes 4 heures
Pharmatex Ovules ou mini-ovules Boite de 10 ou 20 ovules 10 à 30 minutes 4 heures
Alpagelle Crème, tube ou boite de 6 unidoses de 24 mg Immédiat 10 heures
Pharmatex Crème Crème, tube ou boite de 6 unidoses Immédiat 10 heures
Pharmatex Tampon Eponges Immédiat 24 heures

La contraception oestroprogestative (pilule) quelle que soit sa forme présente une efficacité contraceptive mais également des effets bénéfiques en cas de :

  • Syndrome pré-mensuel
  • Ménorragie
  • Kystes fonctionnels de l’ovaire
  • Acné

En cas de problème d’observance répétés ou d’adolescence à haut risque d’inobservance :

  • Implant à l’étonorgestrel
  • Ou dispositif transdermique hormonal

Le dispositif intra utérin est utilisable chez l’adolescente mais son utilisation est limitée compte tenu du risque plus élevé des I.S.T et des difficultés d’insertion liées à la multiparité.

Femme de plus de 35 ans

L’augmentation des risques cancéreux et cardiovasculaires avec l’âge et la pré-ménopause doivent amener à réévaluer la méthode contraceptive utilisée à partir de 35/40 ans. Aucun âge seuil n’est précisément définissable car :

  • Les risques cancéreux et cardiovasculaires augmentent avec l’âge
  • Le risque vasculaire dépend d’autres facteurs de risque que l’âge
  • L’âge de la ménopause et donc l’âge de survenue des troubles qui lui sont associés varient énormément d’une femme à l’autre.

Il est possible de poursuivre toute sorte de contraception débutée avant cet âge dans la mesure où la méthode est bien supportée. Cependant, la transition vers la ménopause peut s’opérer différemment selon la méthode utilisée.

Si la contraception par progestatif seul en D.I.U ne pose aucun problème, la situation est différente en cas de contraception oestroprogestative. Il est recommandé entre 35 et 40 ans de remplacer les oestroprogestatifs par des progestatifs seuls ou en D.I.U.

Dans tous les cas il est recommandé de prêter attention à la survenue de signes inhabituels :

  • Bouffée de chaleur
  • Sudation nocturne
  • Sécheresse et atrophie vaginale et dysurie.

Tant que la ménopause n’est pas installée, il existe un risque de grossesse. Il est recommandé de poursuivre la contraception 1 an après l’arrêt des dernières règles.

La stérilisation est également une option envisagée.


Post Partum

L’augmentation des risques cancéreux et cardiovasculaires avec l’âge et la pré-ménopause doivent amener à réévaluer la méthode contraceptive utilisée à partir de 35/40 ans.

En l’absence d’allaitement

Méthode oestroprogestative déconseillée dans les 3 premières semaines qui suivent l’accouchement. La contraception hormonale par progestatif seul, peut être utilisée sans risque immédiatement après l’accouchement. Les méthodes nécessitant des manipulations vaginales (capsules, diaphragme, éponge, etc.) sont contre indiquées en post partum.

En cas d’allaitement

Exclusif ou non, il est recommandé de ne pas prescrire de méthodes oestroprogestatives jusqu’à 6 mois. La méthode dite MAMA (Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée).

Cette méthode validée en 1995, repose sur 3 conditions :

  • Une aménorrhée réelle
  • Un allaitement exclusif
  • Une durée de l’allaitement d’au moins 6 mois

L’allaitement maternel protège de la grossesse non désirée. L’allaitement exclusif (6 tétées par jour) pendant six mois empêche l’apparition des règles et donne un cycle anovulatoire. L’efficacité de la protection de l’allaitement peut être de 98 %.

Micropilules progestatives

Cette contraception peut être demandée à partir du 10ème jour au 20ème jour après l’accouchement. Ces progestatifs doivent être absorbés en prise continue et à heure fixe. Ils agissent en rendant l’endomètre inapte à la nidation. Ils n’ont pas d’effets défavorables cardiovasculaires ou métaboliques. Ils n’interfèrent pas avec l’allaitement.

Nom commercial Dénomination commune Dosage Présentation
Microval Lévonorgestrel 30 mg Boite de 28 comprimés
Boite de 84 comprimés
Cérazette Désogestrel 75 mg Boite de 28 comprimés
Boite de 84 comprimés
Milligynon Noréthisterone 600 mg Boite de 84 comprimés

A retenir, après l’accouchement

Aucune grossesse n’a jamais commencé avant le 25ème jour du post partum.

Pendant les 3 premières semaines du post partum il existe en raison de l’hypercoagulabilité normale un risque thromboembolique important. Aussi, toute contraception hormonale contenant des œstrogènes est contre indiquée avant le 21ème jour après l’accouchement en particulier en cas de tabagisme.

Les méthodes dites naturelles de type prévision de l’ovulation par la méthode des températures ou par l’évaluation de la glaire cervicale ne sont pas applicables dans cette période pour des raisons évidentes. Les méthodes barrières et notamment l’association préservatifs et spermicides sont efficaces dans cette période de transition.

La contraception sera différente selon le mode d’allaitement


Contraception d’urgence

Il est possible de prévenir une grossesse après un rapport sexuel non protégé par deux méthodes :

La pilule du lendemain

Aucune grossesse n’a jamais commencé avant le 25ème jour du post partum. Norlevo ne contient qu’un progestatif le Levonorgestrel dosé à 750 mg. Norlevo agit principalement en bloquant l’ovulation empêchant ainsi toute fécondation.

Le stérilet d’urgence

On sait qu’un œuf fécondé ne s’implante dans l’utérus qu’au 6ème jour de sa vie. Il est donc possible de prévenir cette nidation par la mise en place d’un stérilet d’urgence.

L’efficacité contraceptive est proche de 100 %.

La contraception d’urgence doit être utilisée après tout rapport sexuel non protégé, quelles que soient les circonstances :

  • Absence de contraception
  • Utilisation d’une méthode plus efficace
  • Echec de contraception

L’efficacité de Norlevo est maximale si le comprimé est administré immédiatement après le rapport sexuel non protégé (taux d’efficacité à 95 % sur 24 heures). La contraception d’urgence peut être utilisée à n’importe quel moment du cycle.