Endométriose

Touchant 1 femme sur 8, l’endométriose est une maladie gynécologique chronique qui se caractérise par le développement de sa muqueuse en dehors de l’utérus. Elle se traduit principalement par des règles abondantes et particulièrement douloureuses qui perturbent fortement le quotidien et l’intimité des femmes et des adolescentes qui en souffrent. Il est primordial de diagnostiquer au plus tôt cette pathologie, laquelle peut avoir des conséquences importantes en termes de fertilité. Depuis le milieu des années 2000, le CHU Dijon Bourgogne déploie au sein de son pôle Gynécologie-Obstétrique et Biologie de la Reproduction des moyens spécifiques permettant d’optimiser le diagnostic et la prise en charge de l’endométriose.

Douleurs intenses au moment des règles et lors des rapports sexuels, règles abondantes, cycles perturbés, troubles intestinaux et urinaires, fatigue, lombalgies, problèmes de fertilité… Autant de symptômes entraînant de nombreux arrêts de travail et absentéismes scolaires susceptibles d’évoquer l’endométriose. Ces signes devraient ainsi alerter les adolescentes et les femmes en souffrant ainsi que les professionnels de santé les prenant en charge. Il s’agit cependant d’une pathologie complexe, parfois asymptomatique, trop souvent diagnostiquée tardivement alors que le système génital est déjà endommagé, aggravant ainsi la qualité de vie et fertilité ultérieures. Pourtant, en l’absence de tout geste invasif, un interrogatoire poussé et un examen clinique associés à une échographie 3D voir une IRM pelvienne réalisées par un praticien spécialisé permettent ce diagnostic. En cas de doute, il convient de proposer ce bilan auprès d’un centre spécialisé au plus tôt, dès l’adolescence, afin d’enrayer rapidement les impacts de la maladie.

Si aucun traitement ne soigne aujourd’hui l’endométriose, la mise en place de protocoles thérapeutiques hormonaux permet d’en diminuer les symptômes et de ralentir l’évolution de la pathologie. Pour les jeunes femmes ayant un désir d’enfants, il s’agit également de préserver leur fertilité. En dernier recours et si le traitement médical se révèle inefficace, une ou des intervention(s) chirurgicale(s), parfois pluridisciplinaire(s), pourra(ont) être proposée(s).

Pour répondre à la complexité de cette pathologie, le CHU Dijon Bourgogne a structuré dès les années 2004-2005 des modalités de prises en charge adaptées permettant d’appréhender l’endométriose dans sa globalité. Très novateur, il s’inscrit aujourd’hui comme un centre de référence à l’échelle du Réseau périnatal de Bourgogne et propose dans ce cadre un panel thérapeutique complet.

Sur le plan diagnostic, les praticiens du pôle Gynécologie-Obstétrique et Biologie de la Reproduction sont formés pour mener l’interrogatoire ad’hoc mais également pour réaliser les échographies 3D pelviennes et interpréter les examens radiologiques. Le centre dispose de plusieurs échographes 3D. Cet équipement de pointe permet d’obtenir des images d’une grande précision pour observer l’ensemble des lésions provoquées par l’endométriose. En complément, un examen IRM réalisé par une radiologue spécialisée en imagerie de la femme peut également être pratiqué au CHU.

Sur le plan thérapeutique, l’établissement s’appuie sur les ressources de gynécologues spécialisés dans cette chirurgie, d’un chirurgien viscéral temps partiel dans le pôle Gynécologie-Obstétrique et Biologie de la Reproduction et d’urologues, ainsi que sur la présence du robot chirurgical. En interne toujours, les équipes travaillent en lien étroit avec le Centre d’Évaluation et de Traitement de la Douleur ainsi que le Réseau de Pelvipérinéologie. L’établissement propose ainsi des alternatives thérapeutiques innovantes, telle que l’hypnose. Il collabore également avec des kinésithérapeutes de la région Bourgogne proposant des soins spécifiques adaptés.

Le Centre d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) du CHU permet quant à lui la prise en charge des problématiques de stérilité inhérentes à l’endométriose.

Enfin, le CHU Dijon Bourgogne a créé dès 2013 une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) « Endométriose +/- Stérilité » dédiée regroupant des praticiens issus de diverses spécialités : gynécologie, radiologie, chirurgie viscérale, urologie, douleur ainsi que d’une psychologue.

Ainsi, l’établissement dijonnais déploie de nombreux moyens pour proposer une prise en charge pluridisciplinaire et personnalisée de l’endométriose, dans le respect du projet de vie de chaque patiente. À ce titre, il se positionne comme un précurseur à l’échelle nationale.